Trop is te Veel | Communiqués
21546
page-template-default,page,page-id-21546,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.8.1,menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
 

Communiqués

Print Friendly, PDF & Email
Notre Lettre aux Présidents de Parti Francophones , 7 juin 2017

Et voilà, nous venons de franchir le cap des 20,000 personnes. Aurons-nous la taille pour attirer l’attention de nos partis politiques?
En tous cas, le courrier est parti à 08:55 aujourd’hui à destination des partis suivants (PS,MR,CDH,PTB, DEFI,ECOLO,PP). Les partis néerlandophones seront contactés dès que la traduction de nos documents sera terminée.

 

Madame le Président,
Monsieur le Président,

Le groupe « Trop is te Veel » a été créé début 2017 et compte déjà plus de 20.000 citoyens mobilisés qui n’acceptent plus que l’intérêt personnel de certain(e)s de nos mandataires et fonctionnaires publics passe avant l’intérêt général du pays et de son peuple.

Nous ne supportons plus l’arrogance de certain(e)s mandataires publics qui semblent avoir oublié qu’ils/elles ont été élu(e)s ou nommé(e)s pour servir l’intérêt public ; l’absence de contrôle effectif voire l’éventuelle complaisance des partis politiques face aux malversations de leurs représentants ; les « je ne savais pas … c’est légal … c’est une entité privée, alors elle n’est pas soumise au contrôle … ce n’est pas moi, c’est lui … ».
Nous voulons rendre illégal ce qui est immoral !

Nous sommes un groupe de citoyens apolitiques, et n’avons aucunement la volonté de constituer un parti politique. Nous sommes des employés, des ouvriers, des artisans, des commerçants, des entrepreneurs, des étudiants, des chômeurs, des pensionnés, des professions libérales, des artistes … des pères ou mères de famille. La chose publique n’est PAS notre métier, mais nous exigeons que nos autorités politiques se comportent de manière honnête, loyale et dévouée au service du public.
Nous voulons créer un cadre clair pour que les citoyens puissent avoir
confiance en leurs représentants politiques et en l’administration publique.

Nous pensons que cette confiance permettra d’éviter la montée des extrêmes qui, en surfant sur la vague du « tous pourris » , mobilisent de plus en plus de monde pour « renverse la table ».
Nous voulons que les mandataires et les fonctionnaires publics fondent leur action sur les valeurs de probité, de loyauté, de service, de transparence, de contrôle et de sanction.

Nous avons rédigé un Manifeste de Bonne Administration (M.B.A.) reprenant les règles éthiques et morales indispensables à une saine gouvernance, inspirées des lignes directrices et des recommandations prônées par l’OCDE, le GRECO et GUBERNA.
Nous soumettons ce Manifeste à votre analyse et à celle de tous les présidents de partis politiques belges, afin de connaître la position de votre parti et l’ensemble des mesures contraignantes que vous préconisez de mettre en place pour l’appliquer concrètement. Nous vous remercions d’avance d’utiliser le document en annexe pour cadrer vos réponses afin que nous puissions les mettre en comparaison.

Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour assainir la vie publique. Vous en avez le pouvoir et – si vous en avez la volonté – nous vous donnons l’opportunité de le faire savoir aux 20,000 personnes de notre groupe !
Nous soumettrons vos réponses et celles de vos collègues présidents de parti à un panel d’experts issus de la société civile que nous nous engageons à recruter en toute transparence, afin qu’ils les analysent et formulent un avis concret qui sera rendu public et accessible à tous les citoyens intéressés.

Nous sommes convaincus que si vous vous joignez rapidement à la dynamique lancée par notre groupe de citoyens engagés, nous pouvons très vite changer l’état d’esprit de nos concitoyens à l’égard des mandataires et fonctionnaires publics, pour passer de la défiance à la confiance.

En vous engageant sur la voie tracée par le Manifeste de Bonne Administration, en répondant à nos questions et en mettant en place les règles nécessaires dans le respect des valeurs-clés qui doivent fonder l’action publique, vous créerez un lien de confiance avec notre groupe qui s’engage à le faire savoir pour qu’au-delà des textes légaux qui seront mis en place, votre rôle moteur soit connu et reconnu.
Grâce à vous, et avec vous, nous pouvons redonner confiance aux citoyens. Ne ratons pas cette opportunité.

Nous comptons sur vous et pour la bonne forme nous vous demanderons d’accuser réception de ce mail et de notre manifeste en annexe.
Merci pour votre soutien.
L’équipe de « Trop is te Veel »
représentée par Marc Toledo

 

Notre MANIFESTE DE LA BONNE ADMINISTRATION , 7 juin 2017

 

Manifeste TITV 20170607

 

 

Notre Tribune dans L’Echo du 3 juin 2017

Bruxelles, le 18 mai 2017

 

           Avis à la presse

 

Le groupe de discussion « Trop is te veel », créé sur Facebook il y a quelques mois seulement, compte plus de 17.000 membres qui ont comme point commun le souci de voir la gouvernance publique être plus efficace et plus transparente. Les fondateurs de « Trop is te veel » souhaitent communiquer au plus grand nombre les résultats de leur réflexions et les suggestions que leur inspirent l’actualité. Cette communication vers la presse et les réseaux sociaux sera fera par communiqués numérotés. Ces communiqués pourront à tout moment être consultés sur le site internet de « Trop is te veel »

 

 

Et si on rendait illégal ce qui est immoral ?

 

  • 17.000 citoyens outrés par le comportement de certains mandataires publics se sont rassemblés dans le groupe de discussion « Trop is te veel »

 

  • Leur objectif ? Une gouvernance publique inspirée des règles de l’OCDE, de Guberna, du code Buysse, du Greco et de l’art. 526 ter du Code des sociétés

 

  • La mauvaise gestion des fonds publics est encore plus inacceptable quand on sait à quel point certains d’entre nous vivent mal l’austérité économique

 

 

Dans un monde ou l’information circule à toute vitesse, il est devenu difficile pour l’Etat d’échapper au regard de l’opinion publique. Le citoyen est outré par certains comportements qui conjuguent – entre autres – les conflits d’intérêt, les arrangements entre amis, les interventions politiques dans l’administration des entreprises à caractère public, le manque de transparence, les mandats multiples, les rémunérations abusives et en général l’utilisation abusive des deniers publics.

 

Nous sommes quelques-uns à avoir lancé sur Facebook, il y a de cela quelques mois, un groupe de discussion que nous avons baptisé « Trop is te veel ». Nous sommes aujourd’hui plus de 17.000 à discuter quasi quotidiennement du manque de respect de certains élus à notre égard. Discuter, c’est bien. Mais que faire concrètement ? Nous avons l’impression, comme tant d’autres, que l’on ne nous écoute pas.

 

Ce ressentiment est encore plus fort en ces temps qui imposent à tous une austérité qui devient difficile à supporter. La révolte gronde, les sondages montrent que les partis traditionnels perdent progressivement la confiance de leurs électeurs qui réclament un changement radical de comportement et une véritable alternance. Sans action véritable de la part de notre classe politique dirigeante, cette perte totale de confiance profitera à de nouveaux partis dont certains peuvent être qualifiés d’extrêmes, et qui pourraient être extrêmement dommageables pour notre pays, notre futur et nos enfants.

 

Le groupe « Trop is te veel » est né de ce constat d’échec de gouvernance. Un groupe apolitique regroupant en quelques mois plus de 17.000 citoyens qui n’acceptent plus que l’intérêt personnel de certain(e)s de nos dirigeants passe avant l’intérêt public. Un groupe exaspéré par les comportements immoraux, voire illégaux, et l’arrogance de certain(e)s mandataires publics, qui semblent avoir oublié qu’ils/elles ont été élu(e)s ou nommé(e)s pour servir l’intérêt public. Un groupe horripilé par l’absence de contrôle, voire l’éventuelle complaisance des partis politiques face aux malversations de leurs représentants.

 

Trop is te Veel demande à nos dirigeants qu’ils rendent illégal ce qui est immoral.

 

Différentes initiatives éthiques ont été prises au niveau local et une belle avancée en la matière est proposée dans le document « Gouvernance et Ethique » présenté par le gouvernement wallon le 27 avril 2017.

 

Néanmoins, en tenant compte des recommandations en matière de gouvernance et d’éthique de l’OCDE, de Guberna, du code Buysse, de l’article 526 ter du Code des Sociétés et du Greco, nous estimons que ce document

 

  • est incomplet sur le point de la publicité des dépenses et marchés publics à tous les niveaux de pouvoir.

 

  • est incomplet sur le plan des sanctions qui sont pour l’instant limitées aux infractions de faux et usage de faux. La loi doit être appliquée dans son intégralité, en ce compris les sanctions liées aux abus de confiance, abus de biens sociaux, escroqueries, corruption, etc.

 

  • ne propose pas la révision des conditions de la levée de l’immunité parlementaire

 

  • ne propose pas la création d’un seul et unique portail internet, accessible à tous les citoyens, compilant, de manière précise et exhaustive, l’ensemble des informations et documents nécessaires à l’évaluation de la bonne gouvernance (missions, mandats, rémunérations, rapports, budgets, marchés, etc)

 

  • ne prend pas en compte les myriades d’asbl subventionnées par des fonds publics, auxquelles pourraient être étendues la notion de conflit d’intérêt et de publicité des dépenses et attributions de marchés.

 

  • N’aborde pas le fait que le processus de sélection des mandataires ne doit pas être basé principalement sur des négociations politiques mais aussi sur le mérite et la compétence mesurés par un organisme indépendant qui en assurerait aussi sa transparence.

 

  • Ne propose aucune mesure de performance, de qualité ou de satisfaction que ce soit au plan de la structure publique, du projet politique ou bien du mandataire.
  • Est sujet au conflit d’intérêt tant que ceux qui édictent les nouvelles règles de gouvernance seront aussi ceux qui sont censés les respecter.

 

 

Trop is teVeel réclame aujourd’hui la création d’une Autorité de Prévention et de Contrôle, indépendante de tout parti politique dont les missions seront les suivantes :

  1. Elaboration des règles strictes et nécessaires à la mise en place des principes énoncés dans le présent document.
  2. Contrôle objectif et régulier de la mise en place et du respect de ces règles.

Cette Autorité doit être dotée des pouvoirs et des moyens nécessaires à l’exercice de sa mission.

 

Pour toute information complémentaire ou prise de contact :

 

Marc Toledo

Administrateur de « Trop is te veel »

info@tropisteveel.org